lundi 5 avril 2010

je l'avais rencontré pour la premiere fois dans la prison,..


j'ai pu enfin le voir

en chair et en os

dans sa petite prison de beni mellal..

le Grand bougrine...

l'amdh ,a demandé des autorisations

pour voir les détenus du 1mai..

un groupe est parti à agadir

un aitre ira a souk larba3 vendredi

pour voir les 5 detenus de laksar(ou on les a rasemblé)

et moi

et bien moi

j'ai eu la chance

et l'honneur

du groupe de beni mellal...

je voulais absolument voir cet homme

résistant des les premières heures

"prisonnier des 3 rois"

18 ans dans les geoles du regime...

un voyage en tres bonne compagnie

amine,said,mounaim...

je n'ai même pas senti les 3h30 qu'il a duré...

à 15h on est devant la prison

ou ali nous attend

on avait une autorisation pour 3 personnes

les autres camarades ont du rester dehors

et je le vis...

un homme calme

72ans

peut être

mais plus jeune que nombre de nous

vivant avec une moitié de poumon..

et debout..

fier...

doux

convaincu

souriant

moral de fer..

subjuguée

je le suis toujours..

il nous a parlé

un peu de tout..

de la prison

du sitting qui l'y a conduit

de la mascarade que fut son jugement

pour lui

ce fut le régime qui fut jugé...

de sa vie dans la prison...

vous vous rendez compte

il inspire tellement de sympathie

que des prisonniers de droit commun

ont cotisé

pour lui offrir une télé!!!!

il a parlé des crimes du régime

il a parlé de ces résistants

des ces hommes et femmes libres

tombes pour la dignité

"il nous faut plus de 2 siècles pour remplacer des gens de cette trempe"..

il a parlé des élections

de ses camarades de cellule

13 jeunes

modestement il a dit

qu'il a appris beaucoup d'eux

lui ,le vétéran....

il a dit aussi

qu'il préférait aller à la prison de khenifra

quand il ferait froid!!!

il n'attend

ni amnistie

ni libération...

tout ça avec un doux accent

qui m'a rappelle

l'accent de mon merveilleux ami ali

ce mélange d'arabe et amazigh...

il a parlé de cette prison

ou il a déjà séjourne en 1960!!!!

et moi

j'étais là

à boire ses paroles

admirative

et fière

d'avoir eu l'honneur de le voir..

il n'était pas un prisonnier

qu'on venait voir

il était un hôte

qui nous recevait

avec toute la gentillesse

la tendresse

des grands hommes...

voilà

je voulais vous le dire

je voulais vous le présenter

ce grand homme

cet homme plus libre

que nous tous

cet homme pour qui

la dignité est plus importante

qu'une pseudo liberté..

qu'on emprisonne sans vergogne

cette mémoire ambulante

qu'on essaie d'enterrer..

les laisserons-nous faire?

2 commentaires:

esp TAIRI a dit…

oui je me souviens combien tu étais si émue de l'avoir croisé
tu me l'avais dit en trois petits mots, tu me disais le "grand Bougrine",, je me souviens de cette télé que ces compagnons lui avaient offerte en ce cotisant
et ces mois de détention et ces démarches , ces pétitions qui circulaient pour une libération

je sais que tu es mal maintenant !!

louafi a dit…

Seuls les grands sont capables de marquer l'histoire alors que les petits feront tout pour dévier la trançon de l'histoire et surtout derversent leur haine sur ceux qui ont par leur dévouement aux principes humains dévoilé la faiblesse des détenants de pouvoir hériditaire.
bravo samira, tu as enrichi ton parcours combattant par ces feux de balises incontournables.