lundi 22 mai 2017

housssine...

trop énervée par ce que je vois..
j'ai décidé de flâner un peu a akkari..
un vieil homme
ou du moins me semble-t-il
me tira par l’épaule..
"camarade samira;j ai faim
peux -tu m'aider?"
je n'ai pas compris au début..
je ne reconnus pas cet homme
qui m'appelait camarade..
je l'ai intensément regardé :
niet..
ma mémoire ne l'avait pas dans ses tiroirs..
chauve,édenté..très maigre..
"tu ne me reconnais pas??
je suis houssine"
et il a souri..
ce sourire ce fut comme une gifle..
j'ai revu ce jeune garçon
ce jeune houssine
un élève de yacoub el mansour..
que j'ai rencontré..
avec qui j'ai discuté
il y a une éternité..
au local de l'union des écrivains marocains..
du temps des premières réunions
 de l'AMDH..
79 je pense du siècle dernier..
je crois qu'il a été arrêté
en 83..
et depuis je n'ai pas eu de nouvelles..
comment est ce possible??
que s'est il passé dans sa vie??
pourquoi en est il arrivé là??
ou sont ses camarades?
a-ton fait quelque chose pour lui??
j'ai pensé à tout ça
mais j'ai pas osé poser de questions..
j'ai pensé à une période de ma vie
ou  il a fait froid et sombre..
ou beaucoup de portes se sont fermées devant moi..
oui;en général quand on va mal
et qu'on a le plus besoin d'aide..
rares les mains qui se tendent..
y en a eu pour moi..
et je vois bien que pas pour lui..
je suis restée silencieuse comme une conne..
j'ai juste pu lui donner ce que j'avais sur moi
et c’était pas beaucoup..
et je suis partie sans me retourner..
pensant à tous ceux
toutes celle qui ont fait un bout de chemin avec moi..
avec un grand sentiment de tristesse..
me demandant
pourquoi on perd de plus en plus
cette belle qualité de solidarité

متى يعلنون وفاة العرب ؟

et les images défilent..
ces palestiniens luttant seuls
contre et les sionistes..
et un monde sourd muet..
ils manifestent leur colère..
leur refus..
les prisonniers eux sont à leur 36 jour de gréve de faim...
pendant ce temps là..
les"gouverneurs" arabes reçoivent trump à ryad
et il ne se gêne pas
pour déclarer le hamas mouvement terroriste..
ils ne pipent pas un mot...
aucun d'eux n'ose parler des détenus..
aucun d'eux n'ose parler de l'appartheid..
aucun d'eux n'ose parler d’occupation..
serviles;ils le sont et le resteront..
les peuples...
les peuples..
peut-on en parler...??
au yemen..
ils meurent par centaines chaque jour..
et ça ne fait pas les titres..
non ça n’intéresse personne..
en syrie..
moi non plus je n'ose plus m'informer de ce qui s'y passe...
Irak..depuis l'invasion des americains
seules les armes parlent..
lybie...
le kaddafi ayant régné en despote affirmé
n'a laissé que le chaos..
egypte...
arrestations quotidiennes
et un clown dictateur comme président
il parait que c'est les pires...
liban...
tunisie...
Algerie...

mon dieu...
serait-ce la fin des arabes
comme a prédit nizar

https://www.nizariat.com/poetry.php?id=110

comme un herisson

de l’intérieur..
et de l’extérieur..
je sens les épines ..
dans tout mon corps..
je n'arrive pas à desserrer mes dents..
un désespoir intense m’étouffe..
je respire mal..
depuis que j'ai vu trump
et depuis que j'ai vu
les courbettes de ceux qui ont tout fait pour qu'on en arrive là..
et je revois 211
et je revois cet espoir intense qui a repris naissance dans le cœur de millions de laissés pour compte..
et je revois ces despotes du golfe
courir à droite et à gauche ..
pour tuer cet embryon d'espoir..
pourtant les rêves étaient si simples...
ces pingouins ont tout fait..
argent en veux -tu..
accueilli ben ali
renversé morsi...
retapé salah..
bref tout pour que rien ne bouge..
normal..
si les choses avaient bougé
c'est leur arrogance qui en auraient pris un coup..
le petro dollar
le dollar tout court..ne veut pas que les choses changent..
de l'autre coté
les autres..petro dollar
ceux qui veulent que les choses changent
là ou ils veulent et pas ailleurs..
les mollahs..
qui eux aussi
dans leur quête de detroniser les wahhabites
et être les porte parole de l'islam
la nouvelle Mecque des musulmans..
ne se sont pas privés du plaisir de détruire..
d'attiser les haines..
et de diviser ..
les despotes du golfe ont tout fait pour détourner
les regards du vrai ennemi
de la colonisation
de l'appartheid..
de l'exploitation
de..

daba on est sunnite ou chiite..
et pour gagner
leur perinite
tous sont prêts à tout..
manger dans la main de trump..
je vois des jours noirs venir
et je n'ai que mes larmes..
et encore..
je n'ai pas envie de voir ce qui arrivera
je veux juste partir




..

vendredi 19 mai 2017

juste..

"rien ne me plait"
a dit darwich
et c'est ce que je sens..
je ne comprends plus rien à l'humain..
je ne comprend plus rien:
à tant de haine..
à tant de mechancete..
à tant de bêtise..
à tant de médiocrité..
à tant de rapacité..
j'ai juste envie
de dormir

jeudi 18 mai 2017

je me surprends

à  regarder
les arbres
trouvant paix et sérénité..
à voir défiler des événements importants
qui m'auraient galvanisée
y a deux à 3 ans
y a une éternité..
sans que je réagisse..
sans que ça me donne la fièvre..
je me sens déjà
loin

mercredi 17 mai 2017

Pardon N;pardonne notre egoisme

après ma rencontre avec N..
je me suis sentie si mal..
si coupable
de n'avoir jamais essayé de faire quelque chose qui puisse vraiment l'aider..
je l’écoutais quand elle voulait bien me parler..
et c'est tout..
j'ai essayé  il y a de cela 5 ans..
de l'inviter chez moi
l’emmener au bain maure..
mais les regards réprobateurs de voisins me dissuadèrent de l'inviter davantage..
quand je l'ai revu ce matin
je ne me suis pas pardonné cette lâcheté..
cette peur du "que dira-t-on.."
certes..
elle venait à des heures indues..
souvent bourrée..
mais quand je lui parlais
quand je la lavais
quand je l’écoutais halluciner..
ses yeux s'illuminait
et elle semblait me comprendre
quand je lui conseillais de rentrer chez sa famille
et suivre une desintox..
mais je l'ai laissé tomber..
et elle est si fine
qu'elle a compris le changement de mon attitude envers elle..
un jour elle passa..
je n'ai pas souri
j'ai dit que je devais sortir pour urgence
elle m'a demande de rester le temps de fumer une cigarette..
et elle n'est plus revenue..
et ce matin
je tombe sur elle
et dans son visage
que des mains criminelles ont blessé
c'est ma lâcheté et mon égoïsme que j'ai vu..
elle avait peut être juste besoin de sentir
qu'on l'aime

la porte verte

"regarde cette petite ruelle..
regarde cette porte verte..
elle me hante..
pourtant ça fait presque 10 ans...
que j'y suis venue..
j 'avais 26 ans...
je sortais d'un divorce et de beaucoup de désillusions concernant mes choix...
nihiliste ..oui je le suis devenue..
je faisais celle qui s'en foutait de l'avis des autres...
et pourtant  leurs regards inquisiteurs me perturbaient au fond..
tout le monde à l’époque avait décidé que j’étais la méchante dans mon couple..
que j'avais l'art de gâcher ma vie..
qu'en divorçant je perdais un train de vie que je ne pourrais avoir de nouveau..
que j’étais:
 irresponsable...
instable..
égoïste...
et à force de l'entendre..
de la bouche de mes proches..
j'ai fini par y croire..
je me sentais mal..
je buvais..
prenait des calmants..
changeait souvent d'amants..
bref..
la totale..
et plus je me sentais mal..
plus je m'enfonçais..
comme si j'avais un plaisir malsain de me faire mal..
mon entourage..
parlons en..
j'avais l'impression que ça les gênait de me rencontrer...
pourtant je sortais
et j'avais un réel plaisir en les voyant embarrasses
je faisais exprès de parler de mes frasques à haute voix  quand je les rencontrais..
je tombai enceinte..
je ne fis rien pour avorter..
j'ai laissé le fœtus pousser..
jusqu'à 8 mois..
et je faisais exprès d'aller voir mes copains de la haute avec mon gros ventre..
je n'ai jamais compris pourquoi je faisais ça..
puis j'ai décidé d’arrêter
je ne pouvais pas avoir d'enfant
je ne travaille pas..
suis allée voir un médecin..
après les quelques phrases de morale
qu'il a débité rapidement..
il me proposa un prix exorbitant..
incroyable..
je suis allée demander comment fait'on pour avorter/tuer un enfant de 8 mois..
j'en ai bu des plantes amères
puis on m'a indiqué l'adresse d'une sage femme..
porte verte..
femme voilée..
après avoir encaissé
une somme assez rondelette
j'habitai chez elle pendant 3 jours
je ne sais pas ce qu'elle m'administrait
je ne cherchai pas à savoir..
ma fièvre monta si fort
qu'elle me demanda de sortir de chez elle::
qu'elle ne voulait pas courir le risque que je meurs chez elle...
pas le risque que je meure..
mais juste que je ne le fasse pas chez elle..
je me sentais comme une loque
au fait j'étais une loque..
l'enfant décida de tomber..
un garçon..
tout bleu..
une grande hémorragie..
je n'avais qu'n désir:mourir
jusqu'à présent je ne faisais mal qu'à moi même..
là j'ai franchi l'infranchissable..
je me suis retrouvée à l’hôpital..
jusqu'à présent je ne sais comment..
et depuis je suis vide..
j'avais juste envie de t'en parler
je n’arrête pas d'en parler..
à tous ceux que je rencontre..
non ce n'est pas l’aumône que je veux
juste qu'on m’écoute et qu'on me dise que je peux être pardonnée pour ce que j'ai fait.."
elle s'en alla
me plantant devant cette porte verte..
gardant dans mon cœur son regard hébété
et les cicatrices qui jalonnent son visage..
elle était si belle pourtant